Le recyclage et la seconde vie des batteries constituent un élément essentiel dans la réduction de l’impact environnemental des véhicules électriques et leur contribution à la transition énergétique. C’est pourquoi il est essentiel et impératif de remettre une batterie usagée à un professionnel (garagiste ou revendeur de pièces automobiles) pour qu’elle puisse être remontée dans la bonne filière de recyclage.

La seconde vie des batteries des voitures électriques

Aujourd’hui, nous savons produire assez d’électricité pour notre utilisation quotidienne d’énergie. Nous savons aussi transporter l’énergie électrique, mais stocker l’énergie reste un sujet notamment avec le développement des énergies propres dont on ne maîtrise pas forcément le lieu et le moment de la production.

Si les batteries de voitures électriques perdent en capacité de stockage après une dizaine d’années d’utilisation dans un véhicule électrique et doivent alors être changées, elles continuent à offrir des capacités de stockage intéressantes et peuvent donc continuer à être utilisées à d’autres fins.

Des utilisations innovantes sont en cours de développement et les possibilités sont pratiquement infinies. A Amsterdam, environ 150 batteries de Nissan Leaf sont utilisées dans le stade de football Johan Cruijff Arena. Cette installation permet de stocker l’énergie produite par les 4200 panneaux solaires installés sur le toit du stade et peut délivrer jusqu’à 2,8 Mégawatts par heures.

Mais les capacités de stockage des batteries de véhicules électriques peuvent également être orientée vers une utilisation domestique pour favoriser l’auto-consommation et l’utilisation d’énergies durables. C’est ce que proposent déjà plusieurs constructeurs tels que Tesla (Powerwall), BMW, Nissan (xStorage), Renault (Powervault) ou encore Mercedes. Ces batteries domestiques peuvent, par exemple, permettre de stocker de l’énergie produite à partir de panneaux solaires et garantir une autonomie complète du système électrique extérieur. Les particuliers peuvent ainsi réduire leurs frais d’électricité tout en rentabilisant leur installation de foyer auto-alimenté. L’énergie stockée peut être utilisée de jour comme de nuit pour une utilisation quotidienne. L’énergie stockée et produite avec les panneaux solaires peut d’ailleurs aussi être revendue sur le système électrique en cas de non-consommation.

Pour Renault, la seconde vie de leurs batteries via Powervault pourrait permettre de prolonger la durée de vie des batteries de voitures électriques de 5 à 10 ans.

Recyclage des batteries électriques.

Une fois arrivées en fin de vie, les batteries peuvent être recyclées dans des centres de tri spécifiques. Même si la plupart des batteries en circulation sont encore loin de l’étape du recyclage, leur filière de recyclage est déjà opérationnelle et permet de traiter les batteries défectueuses ou ayant subi des accidents. Lors du recyclage les batteries sont broyées avant d’être passées au four pour en récupérer les différents matériaux qui pourront ensuite être réutilisées dans la fabrication d’autres produits.

La directive 2006/66/CE indique qu’au minimum 50% des composants des batteries électriques doivent être recyclées. La SNAM (Société Nouvelle d’Affinage des Métaux), affirme quand à elle que l’on est capable de recycler jusqu’à 80% des éléments des batteries. Le secteur du recyclage des batteries et de leurs nouvelles utilisations est en pleine croissance, et d’ici quelques années, nous aurons encore améliorer nos capacités de recyclage.

 

Si les véhicules électriques sont parfois montrés du doigt pour l’aspect polluant de leurs batteries, leur caractère recyclable est une réalité. Il reste sans doute encore de nombreuses potentialités de réutilisation inexplorées de ces dernières qui permettront au véhicule électrique de jouer un rôle fondamental dans la transition écologique tout au long de son cycle de vie.