Vous résidez en copropriété et vous vous posez des questions sur l’installation d’une borne de recharge pour voiture électrique ? Pas de panique, Zeplug vous aide à y voir plus clair ! Puissance de recharge, droit à la prise, Assemblées Générales et aides de l’Etat : voici les 5 choses à savoir avant d’installer une borne de recharge pour véhicule électrique lorsque l’on réside en copropriété.

 

Droit à la prise ou solution de recharge collective ? Tout dépend du nombre d’utilisateurs de voitures électriques au sein de la copropriété

Il existe plusieurs possibilités pour raccorder une borne de recharge sur une place de parking en copropriété. La première solution consiste à faire valoir son droit à prise. Dans cette configuration, la borne de recharge pour voiture électrique est raccordée au compteur des parties communes. L’ensemble des travaux sont à la charge du propriétaire souhaitant installer une borne. Le droit à la prise est parfaitement adapté pour les petites copropriétés. Néanmoins, la capacité du compteur des parties communes est souvent limitée. Ainsi, dès lors que la demande est plus élevée au sein de la copropriété celui-ci n’est pas dimensionné pour supporter l’alimentation de plusieurs bornes de recharge.

Dans le cas où plusieurs utilisateurs de voitures électriques sont présents dans la copropriété mais aussi afin d’anticiper les futures demandes, une solution de recharge collective peut être envisagée. Une infrastructure adaptée pour desservir l’ensemble des places de parking de la copropriété est alors créée. L’avantage d’une solution collective est que les prochains utilisateurs de voitures électriques pourront bénéficier de cette infrastructure dédiée pour recharger leur véhicule sans risquer de surcharger le compteur des parties communes.

 

Une solution de recharge collective coûte-t-elle cher à la copropriété ?

Qui dit solution de recharge collective dit travaux d’alimentation électrique au sein des parties communes. Ces travaux peuvent coûter cher à la copropriété.

Il existe néanmoins des offres de recharge collectives ne nécessitant aucun investissement de la part de la copropriété et pour lesquelles le prestataire finance, à la place de la copropriété, l’intégralité des travaux d’installation électrique. C’est le cas de la solution de recharge en copropriété pour véhicules électriques et hybrides rechargeables Zeplug. Zeplug installe à ses frais l’installation électrique dédiée à la recharge des voitures électriques. Ainsi, seuls les utilisateurs de véhicules électriques payent l’installation de leur borne et leurs consommations d’électricité via un abonnement mensuel.

 

Quelle est à la procédure à suivre pour faire accepter son projet d’installation de borne de recharge en copropriété ?

Une demande de droit à la prise ne doit pas faire l’objet d’un vote en Assemblée Générale mais d’une simple notification. Cependant, avant de procéder aux travaux, chaque copropriétaire souhaitant installer une borne de recharge pour une voiture ou un deux-roues électrique devra en informer le Syndic. La demande au Syndic s’effectue par lettre recommandée avec accusé de réception. Le locataire doit, quant à lui, d’abord en informer son propriétaire. La copropriété dispose d’un délai de 6 mois pour s’y opposer. L’un des motifs d’opposition est la mise en place d’une infrastructure de recharge collective.

L’installation d’une solution de recharge collective en copropriété doit, en revanche, faire l’objet d’un vote en Assemblée Générale. Le vote s’effectue généralement à la majorité simple en vertu de l’article 24-i de la loi du 10 juillet 1965.  Le projet n’est voté qu’une seule fois pour toute la copropriété. Une fois la solution acceptée, chaque utilisateur de véhicule électrique souhaitant installer une borne de recharge devra directement effectuer une demande auprès du prestataire choisi par la copropriété.

 

Comment choisir la puissance de sa borne de recharge ?

Avant d’installer une borne de recharge, il est essentiel de définir la puissance de recharge souhaitée. Pour une recharge à domicile, des bornes de puissances allant de 2,2 kW à 22kW sont généralement proposées.

Pour choisir la puissance de sa borne de recharge il est important de commencer par se poser les bonnes questions :

  • Quel véhicule électrique ?
  • Quelle utilisation ?
  • Quel est le temps de recharge souhaité ?

Plus la puissance de recharge choisie est élevée, plus le temps de recharge de la voiture électrique sera court.

Voici un tableau permettant d’estimer le temps de recharge d’un véhicule électrique en fonction de la puissance de la borne de recharge et la capacité de la batterie du véhicule électrique :

Temps de recharge véhicules électriques

Il est également important de prêter attention à la puissance de recharge maximal en AC acceptée par le véhicule électrique. En effet, une voiture électrique ayant une puissance de recharge maximale en AC de 11 kW peut tout de même se recharger sur une borne 22kW mais la puissance de recharge restera limitée à 11 kW.

 

Existe-t-il des aides de l’Etat pour financer l’installation d’une borne de recharge pour voiture électrique ?

Si installer une borne de recharge représente un certain investissement, il est possible de bénéficier de plusieurs aides de l’Etat pour diminuer ces coûts.

  • Aide ADVENIR: Pour l’installation d’une borne de recharge en copropriété, il est possible de bénéficier de l’aide du programme ADVENIR. Le montant maximal de cette aide est une réduction de 960 € sur le prix de la borne. Pour en bénéficier, l’installateur choisi doit être labellisé ADVENIR, comme c’est le cas de l’offre Zeplug.
  • Aide ADVENIR 3 000 Copropriétés : Cette aide destinée aux copropriétés qui souhaitent investir elles-mêmes dans une infrastructure, finance, à hauteur de 50%, la mise en place d’une infrastructure collective de recharge. Cette aide est plafonnée à 4 000 € pour les parkings allant jusqu’à 50 places. Au-delà de 50 places, ce plafond augmente de 75 € par place supplémentaire, dans la limite de 15 000 € par immeuble. Elle est accordée aux 3 000 premières copropriétés qui en font la demande.
  • CITE : Le Crédit d’Impôt Transition Énergétique permet aux particuliers propriétaires occupants de déduire 300€ de leurs impôts pour l’installation d’une borne de recharge électrique
  • TVA à taux réduit: Les travaux d’installation de bornes de recharge électriques bénéficient d’un taux de TVA réduit à 5,5%. Ce taux est de 10% pour l’installation d’une prise renforcée de type Green Up.

Pour en savoir plus sur les aides accordées à l’installation d’une borne de recharge vous pouvez consulter notre article dédié à ce sujet.

 

L’installation d’une borne de recharge pour voiture électrique en copropriété n’a désormais plus de secret pour vous. Pour vous accompagner dans cette démarche, retrouvez l’offre de recharge en copropriété Zeplug sans frais pour la copropriété et sans gestion pour le Syndic.

 

 

Pour la recharge des voitures électriques et hybrides rechargeables en copropriété, il existe deux solutions.  Le droit à la prise est adapté aux petites copropriétés. Dans les grandes copropriétés, il est conseillé d’opter pour une infrastructure   de recharge collective qui pourra à terme permettre de desservir l’ensemble des places.

La solution de recharge collective en copropriété Zeplug est sans frais pour la copropriété. Seuls les utilisateurs de véhicules électriques payent pour l’installation de leur borne de recharge.

Une demande de droit à la prise ne nécessite pas de vote en AG mais une simple notification par lettre recommandée avec accusé de réception au syndic. Une solution de recharge collective doit, quant à elle, être votée en AG.

Le choix de la puissance de votre borne de recharge s’effectue en fonction la capacité de la batterie du véhicule électrique utilisé et de l’utilisation souhaitée. Plus la puissance de recharge est élevée, plus la recharge s’effectue rapidement.

Pour l’installation d’une borne de recharge pour voiture électrique en copropriété, il est possible de bénéficier de l’aide Advenir d’un montant maximal de 960 €, du CITE (Crédit d’Impôt Transition Energétique) de 300 €, d’un taux de TVA réduit à 5,5%.